top of page
Search
  • fdenanteuil

Rapport hebdomadaire du 24 mars 2023


Nouvelles importantes de la semaine

Problèmes bancaires Désormais, Deutsche Bank est dans l'oeil du cyclone. Il semblerait que les craintes bancaires soient surtout liées aux risques de récession. Beaucoup espéraient un ralentissement de l'inflation avec la baisse des matières premières. Mais les chiffres continuellement élevés de l'inflation forcent les banques centrales un peu partout à monter leur taux. Cela commence à décourager les emprunteurs et risque d'amener l'économie à un ralentissement. Les marchés action se posent le genre de questions : et si l'immobilier en Europe perd 20% par exemple, alors que devient Deutsche Bank? Reprise de demande gazière dans le secteur pétrochimique Des données espagnoles et hollandaises montrent une petite reprise de la demande gazière en particulier dans l'industrie pétrochimique. Il devient préférable de bruler du gaz plutot que du mazout dans les processus de raffinerie. LNG Russe Les importateurs de GNL espagnols (qui sont les premiers importateurs de GNL russe en ce moment) ont reçu une lettre de leur gouvernement les enjoignant de ne signer aucun nouveau contrat avec la Russie. Derrière cette lettre, le gouvernement espagnol sait peut-être que de nouvelles sanctions se préparent. Cette fois-ci sur les exports gaziers russes par bateau. En effet, le GNL russe reste une source de revenus intéressante pour la Russie. Grèves en France Les grèves dans les terminaux de Elengy (Fos et Montoir) ont été reconduites jusqu'au 28 mars inclus. Plusieurs tankers devant se rendre dans ces ports ont changé de direction afin d'aller chez nos voisins. Hier, jeudi 23 mars, Dunkerque LNG a aussi joint le mouvement et a cessé d'opérer pour 24 heures ; l'activité a repris ce matin.



Par ailleurs, les grévistes de Storengy ont aussi bloqué l'émission de gaz sur le réseau dans plusieurs sites, et souhaitent désormais empêcher le remplissage des stockages pour l'hiver prochain. Cela conduirait à une baisse des prix pour l'été mais à des tensions plus loin sur la courbe.

Un durcissement durable du mouvement n'est pas exclu.


Balances prévsionnelles de gaz


En simplifiant à l'extrême (chiffres volontairement simplifiés) nous avons :

- 300 mcm/j de gaz russe

+150 mcm/j de demande gazière en moins

+150 mcm/j de GNL,

pour un net proche de 0, par rapport à avant la guerre en Ukraine.

Pour le moment, le seul de ces 3 facteurs qui risquerait surtout d'évoluer, c'est la demande industrielle qui pourrait revenir.




Prix spot et forward


Toujours de nombreux vendeurs de LNG JKM à partir de l'été 2024.




Electricité en France


Nous sommes toujours baissiers pour les contrats de l'été en France.




Perspectives


Même si l'on voit des soubresauts de hausse de demande, les risques de récession (inflation, taux, banques) pourraient retarder le retour de la demande industrielle.

0 views0 comments

Recent Posts

See All

Comments


bottom of page